mercredi 27 juin 2012

Edition Spéciale - Allée des Tilleuls (1976)

United Artists UAS 29965

Le premier des trois albums d'Edition Spéciale est réputé le moins bon dans les milieux progressifs, c'est pourtant celui qui côte le plus (genre à la cinquantaine voire centaine d'euros) car il intéresse aussi les collectionneurs de rare groove (à tel point même qu'il est ressorti récemment, après déjà une version CD chez Muséa, en une édition vinyle 180 g limitée à 500 exemplaires sur un label portugais).
Bon moi c'est le seul que j'ai pour l'instant, et je l'ai payé 1 euro (à peine) donc je peux pas trop me plaindre sauf que quand même les andouilles de chez United Artists à l'époque ont fait la pochette à l'économie (les crédits et paroles des chansons tapés à la machine à écrire ça fait toujours classe...) et n'ont donc fait pelliculer que l'avant, alors j'ai des grosses piqûres de moisi impossibles à nettoyer à l'arrière... bref. Marius "Mimi" Lorenzini (ex-Triangle) est un guitariste tellement bon que je n'arrive pas à trouver de nom à citer spontanément pour faire une comparaison valable. Donc Mimi Lorenzini joue comme Mimi Lorenzini, et ça c'est vachement bien. Quand il chante par contre (à moins que ce soit le bassiste Josquin Turenne Des Prés [si c'est un pseudonyme il aurait pu choisir plus simple] qui est crédité aussi pour du chant...) c'est un peu moins ça. Ce qui est dommage car on est là en présence d'un exemple de fusion française très funky relativement atypique à cause justement de (mais pas que) l'omniprésence de chant (seul le morceau final, qui donne son titre à l'album - et où J. Turenne D.P. se fait plaisir - est instrumental) en français sauf dans un cas en anglais ("Tomorrow Mourning", tiens encore un coup du bassiste, c'est lui qui l'a écrite celle-là). Heureusement, pour remonter le niveau vocal (enfin... attendez la suite) il y a Ann Ballester (ex-euh... la "tribu" à poil avec Julien Clerc) qui chante bien (on dirait un peu Véronique Sanson mais sans le vibrato...). On s'en aperçoit bien évidemment surtout dans les deux chansons qu'elle chante toute seule (les deux positionnées autour du changement de face...), le problème étant qu'elle a aussi écrit les deux chansons en question toute seule et que euh... ben justement on dirait vraiment des chansons de Véronique Sanson (ça fait un peu tache au milieu d'un super collector prog-jazz-funk...). Dans la chanson en anglais déjà évoquée plus haut, elle ne fait pas mieux que les autres (ils chantent tous en chœur...), car on dirait que la conscience qu'ils ont d'avoir un accent à chier les perturbe au point de les faire même chanter faux. Tant qu'ils y étaient ils auraient pu faire chanter aussi le chien qu'on voit sur la pochette avec eux.
mais que fait la SPA ?...
Bon là c'était un peu méchant pour le plaisir d'écrire des méchancetés... Mais parfois on se demande quand même ce qui passait par la tête de Mimi (et/ou Ann) en tant qu'auteur de certaines paroles, en particulier la première chanson du disque qui s'adresse à une personnification du "Rock & Roll" (ça aurait été d'un niveau bébête adéquat pour figurer dans l'album de son copain Papillon... sauf qu'ici la musique est bonne), ou "Marie Qui Te Maries" (par ailleurs le morceau dont la constitution musicale sonne le plus progressif) qui peut s'interpréter comme un étrange éloge de la prostitution (mais que fait le MLF ?)...
Bon je reviens sur Ann Ballester, histoire de refaire quand même quelques compliments avant de finir (parce que bon globalement c'est quand même un bon disque, et du genre que t'écoutes deux fois et après tu as tous les airs dans la tête...), elle chante bien, elle est plutôt mignonne et en plus c'est elle qui joue les claviers et elle en joue super bien, elle est vraiment très forte (pour une fille). Non sérieux, c'est elle qu'il aurait fallu à McLaughlin dans le Mahavishnu Orchestra époque Ponty, au lieu de cette connasse de Gayle Moran. Bon. C'est un chouette disque (malgré des défauts), dans le haut du panier niveau fusion française, ramassez-le si vous avez l'occasion (mais peut-être pas au prix fort quand même).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire