mardi 18 septembre 2012

Gérard Dupont - L'accent du Pays (1977)

DU 02 (autoproduit)


Dans la série des illustres inconnus qui se sont autoproduits dans les années 70-80, voici un certain Gérard Dupont, dont on n'a gardé absolument aucune trace en dehors de 3 albums (un avant, et un après celui-ci).

oui il en a quand même fait 2 autres !!! bon évidemment je ne sais pas ce qu'il y a dedans, j'ai juste vu des annonces sur des sites de ventes sur internet...

Manifestement cet auteur-compositeur interprète était de la région bordelaise, et s'il défendait l'accent du coin il était cependant d'expression française (et non occitane). Ce qui intrigue lorsque l'on découvre l'album est la mention de la présence de Didier Levallet à la contrebasse et au violoncelle (ce qui n'est pas un gage de qualité quand on sait qu'il a aussi accompagné des chanteurs craignos, comme en particulier Jacques Bertin...), et de Serge Korjanevski, ex-Xalph et collaborateur fréquent de Philippe Cauvin, aux claviers. Néanmoins je suis resté très méfiant, à tel point que je n'ai pas acheté le disque, mais son propriétaire me l'a * offert * après m'avoir vu l'examiner, précisant à propos de l'artiste : "je ne sais même pas qui c'est !", ce qui témoigne bien de son attachement à l'objet (un peu défraichi niveau pochette, mais le disque lui-même paraissait neuf, un indice de plus quand à sa valeur musicale, du moins aux oreilles de son ancien possesseur). Que ce généreux donateur soit une fois de plus ici remercié...

Alors qu'en est-il après écoute ? Ben autant le dire tout de suite, c'est pas terrible, et c'est surtout de la pure, authentique, véritable chanson française, avec une voix pas trop désagréable, et une sensibilité qui cherche à s'exprimer au travers de textes à la poésie maladroite et de musiques mollassonnes. La présence de Korjanevski et Levallet nous vaut cependant quelques rares passages bizarroïdes, comme au début et à la fin de "Géants" avec de très brèves digressions que l'on pourrait presque qualifier d'industrielles, et dans le morceau qui donne son titre à l'album dont la musique est signée Korjanevski qui en profite pour froisser des nappes de claviers (entrecoupé cependant par une imitation de Luis Mariano [?!]...). Mais dans l'ensemble on est malheureusement très loin du délire d'un Jack Juchet ou de la relative sophistication de Didier Matherat, pour chercher des comparaisons dans le même "style"...


3 commentaires:

  1. Toujours aussi positif à ce que je lis...
    Quel bonheur que de voir ainsi détruire article après article la musique quelle qu'elle soit.
    C'est bien , continues ainsi, c'est un choix, après tout que de fouiner pour mieux détruire, au moins ça doit t'occuper.
    Chacun son hobby...
    Après tout, il faut de tout dans la sphère du net, même de l'inutile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour ce commentaire constructif et utile

      Supprimer
  2. Moi ça me va, je découvre toujours plein de choses avec ce blog...

    RépondreSupprimer